Ultimatum et contournement pour le CETA.

Partager

La bataille continue concernant le traité CETA malgré la résistance ferme de la Wallonie (Belgique) qui refuse jusqu’à ce jour de donner son accord au gouvernement fédéral pour la signature de cet accord économique Europe/Canada fortement contesté des deux cotés de l’Atlantique par des mouvements citoyens ; ce « non » provoquant le blocage au niveau européen pour sa ratification.

Au sein de classe politique belge ; certains élus proposent même le passage en force ou le contournement du refus wallon, provoquant ainsi la colère des parties politiques et des collectifs civils qui s’opposent au CETA. Un « dénie » de démocratie qui serait très mal perçu dans plusieurs pays de l’union par les citoyens européens.

Le parlement européen ayant lancé un ultimatum au gouvernement wallon avec selon certaines sources des menaces de représailles économiques ; ce qui n’a fait que renforcer la position négative du gouvernement régional au travers de son porte-parole, Paul Magnette, président de la région wallonne.

L’accord devant être signé ce jeudi 27 octobre 2016 lors d’un sommet UE/Canada, le parlement européen  pourrait encore décider que la compétence de signature du CETA ne soit que de son ressort, privant ainsi les états membres de toute contestation possible.

Olivier Lecourt
olivier.lecourt@rtpm.be